Flow & Co et Wyre partent à la rencontre des entrepreneurs de Blanchemaille by Euratechnologies

Flow & Co et Wyre sont allés à la rencontre des entrepreneurs de Blanchemaille by Euratechnologies : l’incubateur, accélérateur et lieu d’accueil d’entreprises innovantes du commerce digital.

Blanchemaille by Euratechnologies a ouvert ses portes en 2015 dans les locaux historiques de la Redoute à Roubaix. Blanchemaille, incubateur, accélérateur et hôtel d’entreprises 100% dédiés à l’e-commerce s’étend sur 13 000 mètres carrés et a pour ambition de devenir la référence d’accompagnement de startups e-commerce. Aujourd’hui, c’est plus d’une vingtaine d’entrepreneurs qui suivent les différents programmes que Blanchemaille propose.  Nous avons pu échanger avec Justine Sanson, startup manager de Blanchemaille. Avec elle nous avons identifié les problématiques supply chain clés auxquelles les entrepreneurs de Blanchemaille sont confrontés.

Nous sommes alors intervenus pour apporter une expertise opérationnelle sur les enjeux logistiques qu’une startup e-commerce peut rencontrer. Nous avons d’abord présenté les enjeux majeurs de la logistique e-commerce lors d’un atelier d’une heure et demi, puis avons rencontré les fondateurs de 3 startups, pour échanger plus en détails sur leurs problématiques supply chain.

Les problématiques rencontrées

Les enjeux Supply Chain auxquels sont confrontées les startups peuvent être classés en 3 catégories : les flux amonts, la logistique et les flux avals.

 

Cette segmentation a également été l’occasion de rappeler les concepts clés de la Supply Chain, que vous pouvez retrouver notamment ici

La Supply Chain, un élément clé de la réussite d’un business e-commerce

Selon une estimation Xerfi, aujourd’hui, 80% des entreprises en France externalisent totalement ou partiellement leur Supply Chain. Par ailleurs, l’avènement du commerce digital (e-commerce et multi-canal) a considérablement complexifié la supply chain, et augmenté le coût en conséquence. Enfin, les coûts de la gestion des flux physiques et d’information d’une entreprise de commerce digital doivent être anticipés le plus précisément possible ; une petite erreur de prévision peut avoir des effets importants sur les coûts réels.

Ces enjeux supply chain sont également cruciaux car ils ont un impact sur toute l’offre qu’une startup e-commerce peut ensuite proposer. Toutes les contraintes du process logistique en e-commerce, confronté aux nouvelles attentes des cyberacheteurs amènent une complexification de la supply chain. On ne peut aujourd’hui construire son offre sans avoir réfléchi à l’impact que chaque décision aura en termes de gestion de la supply chain. Il y a donc un fort à enjeu à structurer sa supply chain le plus tôt possible, pour pouvoir construire son offre, assurer sa promesse client et accompagner l’évolution de l’entreprise dont découle une augmentation des volumes… et du chiffre d’affaires.

Pour pouvoir appréhender et confronter ces enjeux, il faut connaître les acteurs de la logistique e-commerce, et ce dans toutes les étapes de la supply chain, que ce soit le transport où la logistique. En voici quelques exemples :

Il est important de connaître les acteurs du marché, de les comparer, et de définir celui qui sera le plus adapté à l’offre que la startup souhaite proposer à ses clients.

Focus sur la gestion des commandes en entrepôt (…ou dans son garage)

Après avoir fait un rapide tour d’horizon de ce qu’est la supply chain, nous avons synthétisé le process logistique en abordant les étapes clés suivantes :  

  • La “descente de commande”, c’est à dire la transmission des commande depuis le site internet, vers le lieu de préparation. La descente des commandes peut être réalisée en continu ou par vagues
  • “L’ordonnancement”. Il s’agit ici de définir les critères de regroupement des commandes pour les préparer de manière optimisée. L’objectif est simple : préparer les commandes en le moins de temps possible. Cela implique d’optimiser en amont l’ordre dans lequel les commandes seront préparées – par exemple pour ne pas se rendre 50 fois au même endroit si 50 commandes contiennent le même produit. Il existe différents critères “standards” de tri des commandes. En premier lieu, le nombre de prises par commandes, c’est-à-dire si les commande sont mono-produit ou multi-produits. Ensuite, il faut prendre en compte le volume maximum accepté du transporteur et classer donc les commandes selon leur (“XS” ou “XL” par exemple) – Par exemple, la majorité des transporteurs de petits colis n’acceptent pas les colis pesant plus de 30kg et de dont la somme Longueur+Largeur+Hauteur dépasse 180 cm. Il faut ensuite trier les commandes selon le service à apporter au client, par exemple, commande express ou commande normale. On peut enfin trier les commandes selon le transporteur. Ce sont les 4 grands critères de tri des commandes, qu’il faut adapter selon les spécificités de chaque activité et qui peuvent être complétés par d’autres critères structurants.
  • La préparation de commande : la ramasse des produits, la “ventilation” dans le cas de commandes multi-produits, le packing et l’expédition en sont les 4 étapes. Elles sont optimisées grâces à l’ordonnancement effectué préalablement.

Focus sur l’offre transport

Enfin, nous avons fait un focus sur l’organisation de l’offre de transport BtoB et BtoC,  puisque c’est un point clé tant en termes de coût que de satisfaction client.

Il est important d’analyser son activité selon 3 critères pour trouver les transporteurs pertinents. Ces trois critères sont :

  • Le type de contenant expédié : en général, ce sont des palettes pour le BtoB et des colis pour le BtoC
  • La dimension des contenants : si la dimension n’est pas standard (BtoB : Palettes 80*120cm et environ 500kg ; BtoC : colis de 30kg maximum, Longueur + Largeur + Hauteur < 180cm), il faudra soit prendre en compte des coûts plus élevés, soit faire appel à des transporteurs spécifiques avec ici aussi un coût plus élevé
  • La promesse client souhaitée : quel délai de livraison ? quel lieu de livraison ? etc.

En ayant compris toutes ces étapes, il est primordial de définir la promesse client, c’est-à-dire les délais de livraison et le type de services proposés dans l’offre. Cette promesse client confrontée à la typologie des commandes permettra d’organiser tout le processus logistique et d’ensuite sélectionner les prestataires transport adaptés.

Enfin, avec l’augmentation des volumes, il devient rapidement indispensable de disposer d’un outil de tracking des commandes, afin de pouvoir suivre les indicateurs qualité pertinents, d’anticiper les problèmes logistiques ou transports… et de s’en rendre compte avant les clients.

Suite à cette présentation, les entrepreneurs ont pu poser des questions et échanger sur leurs problématiques spécifiques. Vous les retrouverez dans la deuxième partie de cet article