Comment assurer son activité logistique ?

 

Tout au long de votre Supply Chain, vos marchandises sont exposées à des risques. Que ce soit durant leur stockage ou pendant leur transport, elles peuvent être détériorées, détruites, perdues… et engendrer des pertes imprévues pour votre activité. Assurer votre activité logistique est primordial pour sécuriser vos flux. Découvrez comment choisir une couverture efficace et adaptée à votre Supply Chain.  

Comment assurer son activité logistique

Bien assurer son stock

Analyser et prévenir les risques

 

Afin de choisir un contrat d’assurance en accord avec votre activité, il est judicieux de procéder à un état des lieux précis de vos besoins. Cette étape permet d’analyser les types de sinistres dont vous pourriez être victime et déterminer la couverture nécessaire pour ne pas en subir les conséquences. Il est donc indispensable de vous poser certaines questions avant de vous lancer.

 

Quelles sont les spécificités de votre zone de stockage ?

Selon la taille, le mode de stockage ou le niveau de mécanisation, votre entrepôt aura besoin d’une assurance suffisamment dimensionnée. Un chambre froide entièrement automatisée ne nécessitera pas la même couverture qu’un entrepôt de bouteilles d’eau stockées au sol sur palettes.

 

Quels équipements, moyens de manutention ou matériels de production avez-vous à stocker ? 

La quantité, la valeur et le type de stockage de vos équipements et de votre matériel sont à prendre en compte dans le contrat d’assurance. Par exemple, un parc de chariots de manutention électriques n’aura pas besoin de la même protection que des appareils manuels.

 

Quel type de produits stockez-vous ?

Plusieurs types de matières premières/produits peuvent nécessiter une couverture spécifique :

 

  • les produits à forte valeur : le risque de subir des vols ne sera pas le même si vous stockez des gourdes ou des appareils photo ;
  • les produits dangereux : vos marchandises stockées peuvent, dans ce cas, être la cause d’un potentiel sinistre. Il ne s’agit donc pas de couvrir uniquement les produits, mais les conséquences engendrées en cas de problème ;
  • les produits frais/surgelés : le stockage à température dirigée comporte le risque de rupture de la chaîne du froid en cas de dysfonctionnement et de perte de votre stock.

 

Certaines typologies de produits pourront nécessiter des contraintes de stockage spécifiques, imposées par la réglementation et/ou les compagnies d’assurance (niveau et modalités de sécurisation de l’entrepôt, sprincklers et dispositif anti-incendie…) 

 

Quels sont les risques encourus ? Quelles en sont les conséquences ? 

Selon les réponses aux 3 questions précédentes, déterminez le niveau de risque auquel vous êtes exposé. Déduisez-en les conséquences pour votre activité en cas de sinistre au sein de votre entrepôt ou de perte d’une certaine quantité de vos produits.

Supply chain - assurance logistique

Choisir un contrat d’assurance stockage adapté

 

L’assurance pour le stockage des marchandises propose de nombreuses garanties qui sont adaptables au profil de votre entreprise. Mais avant de mettre sur pied un contrat d’assurance qui correspond à votre activité, il vous faut déterminer le mode de fonctionnement de votre assurance de stockage.

 

  • L’assurance révisable : comme son nom l’indique, elle permet, chaque année, d’effectuer une révision du montant couvert. Vous pouvez ainsi modifier annuellement le plafond maximum de marchandises stockables selon l’évolution de votre activité. L’optimisation de vos niveaux de stock peut ainsi vous permettre de faire évoluer votre cotisation à la baisse.
  • L’assurance en compte courant : ce mode de fonctionnement est le même que l’assurance révisable mais s’avère encore plus flexible. En effet, le plafond peut être revu plusieurs fois dans l’année. Cette assurance peut être intéressante dans le cadre d’une activité soumise à la saisonnalité. La plupart des e-commerçants n’auront pas les mêmes besoins de stockage au début de l’année qu’à l’approche de Noël.

 

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :   Comment fixer vos frais de livraison e-commerce

Sans oublier d’assurer le transport

 

Dans le même principe que pour l’assurance stockage, il est indispensable de déterminer vos besoins avant de souscrire à un contrat d’assurance. Quel(s) mode(s) de transport utilisez vous ? Sur quelle zone géographique ? Quelle est la nature et la valeur de vos marchandises ainsi que de leur emballage ? Quelle est la fréquence de transport de vos marchandises ? 

 

Souscrire une assurance transport en accord avec ses flux

 

Quel que soit le mode de transport utilisé, vos marchandises peuvent être détériorées ou s’avérer manquantes à la livraison. Selon la nature de ces dernières, l’absence d’une assurance appropriée peut vous coûter cher. C’est pourquoi il est important, au préalable, de définir clairement le périmètre des risques couverts.

 

Le mode de transport utilisé est le premier élément vous permettant de déterminer les risques. De ces derniers va dépendre les garanties auxquelles vous allez souscrire pour assurer votre marchandise. Aussi, le type d’emballage de vos produits peut être important à prendre en compte dans le choix de votre assurance. En effet, un emballage fragile ou en inadapté peut réduire vos chances de dédommagement en cas de sinistre. 

 

Il vient ensuite le critère principal pour choisir votre assurance: les caractéristiques de vos marchandises. Ainsi, le volume, le poids, la fragilité et la valeur de vos produits vont déterminer le type de garantie dont vous avez besoin. Par exemple, pour les marchandises à forte valeur, une assurance ad valorem (présentée à la fin de cet article) est fortement recommandée. 

 

Enfin, le nombre et la fréquence de vos expéditions vont être déterminants pour déterminer le type de police à appliquer à votre contrat. Vous pouvez ainsi choisir entre 4 polices d’assurance différentes : 

 

  • au voyage : cette police est valable pour une marchandise donnée et doit être souscrite pour chaque expédition. Elle est donc intéressante pour des expéditions très occasionnelles ;
  • à alimenter : elle concerne les expéditions multiples de même nature mais échelonnées sur une période indéterminée. Il est donc nécessaire d’informer l’assureur à chaque expédition avec un « avis d’aliment » ;
  • d’abonnement : elle couvre toutes vos expéditions mais sur une période donnée ;
  • au tiers chargeur : elle est mise à disposition par votre commissionnaire de transport. En cas de sinistre, il constitue le dossier d’indemnisation et vous facture sa prestation.

Supply chain - assurer transport

Couvrir ses marchandises avec des garanties adaptées

 

Une fois votre contrat déterminé, vous devez y ajouter des garanties qui auront un rôle primordial sur la qualité de votre indemnisation :

 

  • la garantie d’assurance “tout risque” : elle couvre tous les dommages matériels, pertes ou vols causés pendant le transport, sous réserve des exclusions et limitations du contrat ;
  • une garantie d’assurance restrictive : nommée “FAP sauf” pour le transport maritime ou “accidents caractérisés” pour le transport routier, elle couvre uniquement les sinistres causés par des évènements majeurs (avarie, incendie, naufrage, éboulement, explosion…).

 

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu :   Construire son offre logistique BtoC | Les éléments clés

Selon le type de marchandises que vous expédiez, une assurance “tout risque” peut toutefois s’avérer insuffisante. Bien qu’elle couvre l’ensemble des dommages subis, le niveau d’indemnisation est également à prendre en compte. En effet, même si les transporteurs sont responsables des marchandises qu’ils livrent, leur responsabilité est régie par des conventions internationales. 

 

Que ce soit dans le transport maritime, fluvial, aérien ou routier, ces règles sont généralement à l’avantage du transporteur. La principale raison est que le dédommagement est effectué au poids, et non à la valeur des produits. Par exemple, pour le transport routier national, le plafond d’indemnisation est de 23€/kg de marchandises manquantes ou avariées (si l’expédition est inférieure à 3 tonnes). Ainsi, l’indemnisation suite à la perte ou la détérioration de la marchandise peut être inférieure à leur valeur réelle. 

 

L’assurance ad valorem permet de parer à ce problème. En effet, elle couvre la valeur réelle déclarée des marchandises expédiées. Selon la valeur des produits que vous expédiez et le niveau de risque de votre organisation (mode de transport, destination, fréquence des envois…), l’ad valorem peut vous offrir la garantie de ne pas subir d’importantes pertes. Cette assurance est ainsi très rassurante mais n’est pas forcément avantageuse. Son coût est en effet  à prendre en considération lors de l’élaboration de votre contrat, et dans le calcul de votre rentabilité. 

 

Par exemple, un fabricant de montres de luxe (poids faible, valeur élevée) à l’échelle internationale aura certainement davantage besoin d’une assurance ad valorem qu’un producteur de miel (poids plus élevé, valeur plus faible) qui distribue localement.

Enfin, choisir une assurance ad valorem peut être davantage appropriée pour vos livraisons en BtoC qu’en BtoB, voire spécifiquement pour certaines catégories de produits. 

 

Les assureurs sont aujourd’hui en mesure de vous proposer des couvertures adaptées à vos besoins. Bien dimensionner vos contrats d’assurance est crucial pour maîtriser votre rentabilité, et mitiger les risques.. Un contrat surdimensionné pourrait vous coûter davantage qu’il ne vous rapporte en cas de sinistre, tandis qu’un contrat sous dimensionné pourrait vous faire courir des risques importants. 

Voyez-vous désormais comment assurer efficacement votre activité logistique ?